Histoire & Palmarès

Histoire :


L'A.S. Méziré a connu le jour en 1925, cette association a pour but "par la pratique des exercices physiques et notamment du Football Association de préparer au pays des hommes robustes et de créer entre tous ses membres des liens d'amitié et de bonne camaraderie". Le bureau se compose de Henri Laval, président, Houdelot, vice-président, Marcel Sordelet, secrétaire, René Courty, trésorier.

 

Le temps des forgerons : 1945 - 1970


Des équipes de copains :

Les forges de Méziré, avec leurs 600 habitants et leurs familles nombreuses, formaient l'ossature de l'A.S. pendant 8 à 10 ans, à partir de 1948 et a fait partie de l'équipe dans les années 50. Montée en Promotion d'Honneur, elle a fini deux fois deuxième. Maurice Carrillon se souvient de ces dimanches qui se terminaient après le match par un bal chez Nourot, jusqu'à minuit. Les joueurs étaient des copains : "on s'est retrouvé tous ensemble, comme à l'école", ainsi explique-t-il les succès des années 50.

"On partait tous les dimanches, du matin au soir, dans un camion équipé de quatre bancs prêté par la société VMC". Le terrain de Méziré a été déplacé plusieurs fois. Les premiers matches, à l'époque du patronage du curé Arnoud, se sont déroulés au terrain du Breuil, un lieu dit sous "les quatre voûtes, à Morvillars". Les équipes ont joué aux Forges, derrière la ferme Leschenne. Le troisième terrain, à Méziré même, à côté de l'usine de filature et tissage, qui se nommait Magasold, a dû être nivelé. Un stade provisoire a été tracé "derrière les peupliers".

 

Un petit club dynamique : 1970-2000


La commune de Méziré n'est plus en 1970 ce qu'elle était après la guerre. Dès 1954, l'usine des Forges a fermé ses portes puis dans les années 60 un premier lotissement communal s'est mis en place au Moulin. Pour l'A.S. les succès reviennent.

Les années de transition :

Bernard Vinel a construit une maison dans le lotissement du Moulin qui s'implantait à Méziré et il est venu y vivre en 1966. Dès l'automne il adhère à l'A.S.M : "J'accompagnais mes gosses". Il n'a pas seulement accompagné ses gosses, il a été, selon les besoins du club, trésorier, président durant deux ou trois ans après Mr Tresh, entraîneur...

Il a préparé le dossier de signature du bail de location du terrain entre Mr Henri Vieillard et le club, bail signé le 15 décembre 1970, par Mr Tresh. Il a installé les premiers panneaux de publicité autour du stade. Avec Paul Saunier et d'autres bonnes volontés, l'eau a été amenée au vestiaire et des douches installées. Frédéric Antonini se souvient d'avoir branché la conduite sous un parapluie porté par Paul Saunier ! "Un autre jour, dit-il encore, Michel Berger avait défoncé les buts, le poteau, nettoyé ! Avec Michel Ernwein et son tracteur, on est allé chez Verneret chercher les tubes, on a soudé et les buts ont été prêts pour jouer le dimanche, heureusement". Fernand Hoeffel qui travaillait chez Verneret avait acheté les tubes pour permettre au club de bénéficier d'une réduction.

"L'A.S. avait peu de moyens, rappelle Bernard Vinel, André Ramousset dont le beau-frère était le président du F.C. Sochaux récoltait pour nous les maillots usagés." Il évoque Pierre Lardier qui s'occupait de la buvette, André Cottet, Renato Olei, et encore Jules Dupré qui reçut la médaille d'or de la Fédération Française de Football, Paul Wendé... Bernard Vinel était le président lors de la grande fête du foot, le premier mai 1972. En 1978 il joue encore avec les vétérans puis il quitte le club.

Les Jeunes :

Un effort important est fait en direction des jeunes. Les premières équipes classées le sont au début des années 70, minimes, cadets, juniors. En 1979 des équipes de pupilles et de poussins sont inscrites au championnat du district. Les Jeunes sont d'abord entraînés avec beaucoup de dévouement par des joueurs du club, séniors ou vétérans. Durant 7 années, de 1981 à 1988, les petits ont joué dans le cadre d'une Entente Fesches-le-Châtel - Méziré. Vers 1990 une formation rigoureuse des cadres est mise en place par la Fédération. L'A.S.M crée une école de foot. En 1999, une nouvelle Entente est mise en place avec le club de Bourogne.

Les éducateurs :

Pour la saison 1999-2000, les équipes de l'A.S.M. sont encadrées par cinq jeunes éducateurs : Jean-François Boichard, Damien Chiesa, Frédéric Fatmi, Pascal Grandgirard, Emmanuel Laibe. Deux d'entre eux sont déjà Initiateurs 1er degré, deux sont en formation afin d'obtenir le même niveau de qualification. S'ils continuent à faire des stages pendant leurs vacances, ils graviront les autres échelons de la formation assurée par la Fédération Française de Football : initiateur 2ème degré, Animateur Sénior.

Ils pourront ensuite aller un peu plus loin, comme Jean-François Boichard qui a passé un Brevet d'Etat d'Educateur sportif 1er degré. Il a subi 6 semaines de stage en pension complète, avec des cours données par des formateurs de la Ligue et du District et par des enseignants de Jeunesse et Sport. En plus du travail technique, préparation d'une séance, jonglage, contrôle de balle... il a étudié anatomie et physiologie de l'enfant, psychologie, pédagogie. Grâce à ce brevet, il peut signer un contrat de travail avec rémunération, ce que les diplômes fédéraux ne permettent pas. Pourquoi devient-on initiateur ou éducateur Sportif ? "Parce qu'on aime le foot et les gosses", répond Jean François Boichard.

La convivialité :

Une salle de réunion n'existe au stade que depuis 1983. Elle a favorisé les rencontres et toutes les manifestations qui rendent la vie d'un club agréable pour ses membres et leur famille. Les vétérans, tout en participant au championnat de leur catégorie qui existe depuis 1982, sont particulièrement actifs dans l'animation de l'A.S.M. La fête de 1991 pour le 65ème anniversaire du club fut ainsi une réussite malgré la pluie. Le voyage annuel est de tradition. Les destinations sont très variées, Annecy et Annemasse par exemple en 1993, La Réunion janvier 1997, année qui voit aussi la fondation d'un club des supporters à l'initiative de MM. Rota, Mainpin et Lambert. Certaines réjouissances sont, depuis 1984, prévues d'une année sur l'autre : soirées dansantes en février et octobre, fête du foot en juin, tournoi de vétérans en salle en novembre, vente de calendriers et soirée de la Saint-Sylvestre en fin d'année. Un ou deux lotos viennent compléter l'ensemble dans les années 1990.

Un club moderne :

Faire vivre un club aujourd'hui demande de plus en plus d'argent. Les cotisations des adhérents, bien que complétées par des subventions de la municipalité et du Conseil Général, ne suffisent pas à satisfaire les besoins. Un équipement complet de joueur revient, en 1990 par exemple, à 3 600 Francs. Il faut solliciter les amis, commerçants, artisans, industriels, pour parrainer le club qui leur donnera en échange pas mal de plaisir.

En 1996, jamais l'A.S. Méziré n'était allée aussi loin en Coupe Jonte, en demi-finale contre Damprichard. L'année suivante elle arrive encore en demi-finale avec l'U.S. Sochaux. En coupe de Franche Comté elle atteint la 32ème finale. Durant la saison 98-99 les joueurs font l'honneur à tous ceux qui les encouragent : l'équipe première joue pour la première fois de son histoire le 5ème tour de la Coupe de France.

Cet historique s'arrête en 2000